top of page
Rechercher

Prévenir le burnout


Burnout sophrologie

C’est quoi le burnout exactement ?

Le burnout est défini comme un syndrome d’épuisement total physique, mental et émotionnel. Pendant trop longtemps, la personne subit trop de travail, de stress, de pression, de déséquilibres…que ce soit au niveau professionnel et/ou personnel jusqu’au jour où le corps et la tête disent stop. A ce moment là, la personne en général s’écroule sans pouvoir se relever seule, un peu comme un court-circuit qui fait tout disjoncter.

Ce que le burnout n’est pas

Il y a souvent une confusion entre burnout et dépression et pourtant il existe de grandes différences entre les deux : - Tout d’abord, à l’inverse de la dépression, le burnout n’est pas seulement psychologique, mais aussi et surtout physiologique et émotionnel. - Autre différence essentielle, c’est que contrairement à la dépression où la personne est abattue, se sent triste, avec une perte d’intérêt et de plaisir pour toutes les sphères de sa vie, la personne en burnout bien qu’épuisé n’a qu’une seule envie c’est de continuer et d’être active. - Enfin sur le plan physiologique, en situation de burnout, le taux de cortisol, « l’hormone du stress » (qui a notamment pour effet de pouvoir disposer d’un bon niveau d’énergie) est particulièrement bas, alors que ce n'est pas le cas pour ceux qui souffrent de dépression.


Avant le burnout, différents stades
  1. Alerte Il s’agit d’une phase de fort engagement, la personne est en activité constante, travaille beaucoup avec pas ou peu de moments de pause, toujours connectée, le cerveau en ébullition permanente, et souvent accompagnée d'une augmentation de stimulants (café, sucre…). Le corps produit de l’adrénaline non stop parce qu’il y a trop de stress, stimulation…et le retour au calme se fait difficilement.

  2. Résistance Le corps produit, en plus de l’adrénaline, du cortisol en continu, ce qui permet à la personne de tenir mais en parallèle vient masquer les symptômes qui sont là bien présents. Une forme de déni s’installe : la personne ne se rend pas compte de son état et c’est là qu’est le danger. Pourtant les complications apparaissent et s’empirent au fur et à mesure : fatigue de plus en plus importante, problèmes de concentration, énervement, frustration, maux de tête, sensation d’être sous l’eau…Les problèmes de sommeil apparaissent en fin de phase, signe que le burnout n’est pas loin. C’est tout le fonctionnement du corps qui est affaibli.

  3. Effondrement C’est le moment de bascule : le corps a atteint ses limites et ne répond plus. Concrètement, le corps arrête de produire de l’adrénaline et du cortisol et la personne s’effondre brutalement, dans l’incapacité d’avancer. Fatigue extrême, incapacité de se reposer, douleurs, angoisses, déprime, perte de motivation…les conséquences sont nombreuses et des mois d’arrêt de travail ainsi qu’un accompagnement thérapeutique seront nécessaires avant d’envisager une reprise.


En quoi la sophrologie peut être une aide ?

Tout d’abord, il faut bien comprendre que se reconstruire après un burnout demande beaucoup de temps, et que la sophrologie seule ne suffit pas, un accompagnement médical et psychologique est indispensable. Pour éviter une rechute, il est très important d’être bien accompagné.

Avant le burnout, en phase de stress ou d’hyperstress, la sophrologie aide à se reconnecter à son corps, savoir l’écouter afin de reconnaitre ses limites et ainsi les respecter pour éviter la surcharge. Un apprentissage aussi pour lâcher prise, pour se déconnecter, pour vivre dans le moment présent.

Après un burnout déclaré, la sophrologie vous permettra de vous reconstruire petit à petit : vous apaiser que ce soit physiquement et mentalement, retrouver de l’énergie, retrouver de l’estime de soi et envisager un avenir avec plus de sens pour vous.


Où que vous en soyez, ne restez pas seul.e. Demandez de l’aide. Il est toujours temps de prendre soin de vous.

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page